Clinique Vétérinaire Douville inc.
5975 boul. Laurier ouest, Saint-Hyacinthe (QC), J2S 3W1
(450) 774-1900

L’analyse des selles, est-ce vraiment nécessaire?

Tout d’abord, il faut savoir qu’environ un chaton sur trois a des parasites internes dès la naissance et cette statistique est encore plus importante chez les chiots, soit un sur deux! Il existe plusieurs sortes de parasites intestinaux et plusieurs d’entre eux sont transmissibles à l‘humain. C’est ce qu’on appelle une zoonose.

  • Les ascaris, communément appelés vers ronds en forme de spaghetti, sont les plus communs et sont considérés comme zoonoses. De plus, ils sont très facilement transmissibles d’un animal à l’autre par contact direct ou indirect, selles laissées par terre, ingestion de mouches…
  • Les vers plats, souvent appelés vers solitaire, sont attrapés lors de la chasse aux petits rongeurs ou si votre animal a déjà eu et mangé des puces. Ces parasites ne sont pas transmissibles d’un animal à un autre mais sont forts désagréables à retrouver en petits segments dans le lit de notre animal ou autres endroits où il se couche… De plus, il sera possible qu’un enfant se contamine de la même manière que le chien, soit en ingérant une puce infectée.
  • Les vers en fouet ou à crochet sont les vers intestinaux les moins souvent rencontrés, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas présents. Ils sont eux aussi facilement transmissibles d’un animal à un autre. Le vers à crochet peut être transmissible à l’humain et peut aussi se transmettre transcutanée, Si votre chien piétine dans une selle infectée.
  • Les protozoaires sont des parasites microscopiques, qui ne peuvent être vu à l’œil nu, retrouvé la plupart du temps chez les animaux gardés en groupe. Ils sont facilement transmissibles entre les animaux et certains peuvent causer de graves diarrhées chez l’humain.

L’analyse des selles permet de détecter la présence d’œufs ou de parasites dans les selles de votre animal. Puisque le système immunitaire des chiots et des chatons n’est pas encore optimal, ils  sont beaucoup plus à risque de s’infecter de ces parasites et d’en excréter dans l’environnement, et ce, même s’ils ont déjà reçu un premier vermifuge avant l’adoption. C’est pourquoi, nous recommandons toujours de vermifuger dès le jeune âge et périodiquement jusqu’à l’âge de 6 mois. À l’atteinte de l’âge adulte, la recommandation est de traiter deux à quatre fois par année les individus qui restent dans la maison, car même les mouches peuvent transmettre des parasites, et de traiter mensuellement les individus qui iront à l’extérieur durant la saison estivale. Attention de ne pas vous méprendre, ce n’est pas parce que les selles de votre animal vous semblent normales que celui-ci n’a pas de parasites internes. Dans 80% du temps, les selles des animaux parasités semblent complètement normales.

Puisqu’il n’existe encore aucun vermifuge qui traite tous les parasites en même temps, nous recommandons l’analyse des selles dès la première consultation afin de débuter un protocole de vermifuge adapté à votre animal. Il vous suffit de tout simplement apporter une selle fraîche que nous enverrons au laboratoire. Pas de soucis si un peu de litière ou de gazon accompagnent le prélèvement, mais la selle ne doit pas avoir séchée ou chauffée. Si vous ne pouvez nous l’apporter directement, vous pouvez la conserver au frigo dans un sac bien sellé pour maximum 48 heures.

Roxanne St-Pierre, TSAc