Clinique Vétérinaire Douville inc. 5975 boul. Laurier ouest, Saint-Hyacinthe (QC), J2S 3W1 | (450) 774-1900

Les vaccins chez le chat

LES VACCINS CHEZ LE CHAT

Les noms de vaccins les plus fréquemment utilisés sont pour le chat les suivants:

Les vaccins de base, le vaccin pour la rage, et le vaccin pour la leucémie féline.

Nous allons aborder en premier les vaccins de base qui sont les vaccins les plus fréquemment donnés, même pour les chats qui ne vont pas à l’extérieur.

Sur un certificat de vaccination vous retrouverez le terme suivant PRC associé aux vaccins de base chez les chats. P pour panleucopénie, R pour Rhinotrachéite et C pour Calicivirus

 

LA PANLEUCOPÉNIE est une maladie très grave similaire au parvovirus chez le chien, le virus de cette maladie y étant grandement apparenté. Le chat affecté aura les signes cliniques suivants : fièvre, anorexie, gastro-entérite sévère, (la plupart du temps sanguinolente) et les risques de décès sont de 1 chance sur 2! Le virus attaque classiquement les cellules de la moelle osseuse provoquant ainsi la chute des globules blancs (essentiels pour combattre les maladies ) dans le sang entraînant ainsi une perte totale de défense pour l’animal, de là, les hauts taux de mortalité.

IL EST TOUJOURS URGENT D’HOSPITALISER L’ANIMAL ATTEINT AFIN D’AUGMENTER SES CHANCES DE SURVIE.

L’incubation du virus, avant l’apparition de la maladie, est en général de 4 à 5 jours, mais c’est parfois encore plus rapide.

Une fois l’animal malade, il excrétera le virus dans ses selles durant plusieurs semaines et contaminera l’environnement dans lequel il vit et le virus excrété pourra rester contagieux dans l’environnement plusieurs mois, voir des années parfois.

NE SE TRANSMET PAS À L’HUMAIN

 

LA RHINOTRACHÉITE est la maladie virale la plus courante chez la gente féline. On estime actuellement que la plupart des chats seront exposés dans leur vie à un moment ou un autre, tellement le virus est répandu. C’est une maladie du système respiratoire qui se présente donc avec les signes cliniques potentiels suivants : éternuements, toux, maux de gorge, yeux qui coulent, nez congestionné et qui coule, et même aussi des ulcères dans les yeux, sur la cornée etc… Les signes peuvent être légers à sévères. Parfois des signes de maladie généralisée surviennent (avec présence de fièvre…) surtout chez les jeunes chatons et les chats immunossupprimés.

La transmission se fait surtout  par contact chat à chat mais aussi via les sécrétions nasales oculaires ou buccales.

La période de contagion est en général de une à trois semaines, mais parfois jusqu’à 7 semaines ou encore pire, l’animal très souvent restera porteur à vie, c’est-à-dire que le virus sera toujours présent dans son corps mais pas toujours nécessairement actif. Il se réactivera plus facilement lors de stress, comme par exemple : autre maladie, changement de vie, nouvel animal dans la maison, hospitalisation, anesthésie générale etc…

La vaccination ici aura pour but d’apporter une protection raisonnable, en diminuant et/ou empêchant complètement les signes cliniques de la maladie, car quoi de plus désagréable que notre gentil minet qui nous éclabousse de ses éternuements!

 

LE CALICIVIRUS

Encore une fois ici le virus est très présent mais en général  la maladie sera moins sévère. C’est aussi une maladie des voies respiratoires supérieures, donc yeux et nez qui coulent et maux de gorge possible.

Parfois malheureusement elle peut être plus sévère et affecter les poumons (pneumonie) et provoquer des ulcères (langue, palais, devant du nez et plus rarement les lèvres et les coussinets), de la diarrhée et des signes de douleur articulaire aigue et de douleur musculaire plus ou moins généralisée.

Encore une fois, les jeunes chats et les chats immunossupprimés y seront beaucoup plus sensibles

L’incubation avant l’apparition de la maladie est d’environ 3 à 5 jours et la contagion durera une à trois semaines. Tout comme le virus de la rhinotrachéite, le calicivirus pourra parfois induire un état porteur.

La  vaccination aura aussi ici pour but de diminuer et/ou empêcher complètement les signes cliniques de la maladie.

NE SE TRANSMET PAS À L’HUMAIN.

 

LA RAGE

En ce qui concerne cette maladie, peu de gens ne la connaissent pas au moins un peu ou vaguement. Cette maladie virale se transmet via une morsure ( car le virus est dans la salive ) ou via un contact sang à sang, par un animal ayant la maladie. Suite à une morsure, le temps d’incubation du virus (avant que la maladie se manifeste) peut être très variable selon le site de la morsure. Si c’est au bout de la queue, ce sera beaucoup plus long que si c’est au visage, car le virus voyage le long des nerfs et voudra se rendre au cerveau pour se manifester. C’est une maladie grave et lorsque les symptômes apparaissent, ils dureront environ une semaine et mèneront toujours à la même issue, c’est-à-dire, la mort dans tous les cas. Aucun traitement à ce jour n’existe et cette maladie est transmissible à l’humain de la même manière que pour les animaux.

Les principaux transmetteurs potentiels de ce virus sont les moufettes, les renards, les ratons laveurs et les chauves-souris. Nul besoin d’être en forêt absolument pour les croiser! Les chauves-souris sont parfois même jusque dans nos maisons, ce qui veut dire que même si notre animal reste à l’intérieur, il présente quand même un risque potentiel… et attention, sur toute une vie, rares seront ceux qui n’auront absolument jamais mis le nez à l’extérieur ! Un fait important à noter est que la rage du raton laveur sévit actuellement (écrit en 2011) en Montérégie. Il est donc sans contredit, fortement recommandé de faire vacciner son chien ou son chat afin de minimiser les risques pour eux et pour la population en général. De plus cela réduira de beaucoup les stress et les questionnements, lors de situations de morsures. Si vous redoutez cette maladie (morsure par un animal sauvage ou une chauve- souris) toujours communiquer  avec votre vétérinaire.

SE TRANSMET À L’HUMAIN.

 

LA LEUCÉMIE FÉLINE

Une étude relativement récente effectuée au Québec nous a révélé qu’environ 7% de nos chats sont infectés pour le virus de la leucémie féline.

La transmission se fait principalement via les sécrétions salivaires ou nasales résultant la plupart du temps de contacts prolongés intimes (toilettage mutuel, manger et boire dans les mêmes bols, partager la même litière) et aussi via la morsure, transfusion sanguine et durant la gestation ou la lactation.

Le virus survit très peu longtemps dans l’environnement donc la contamination environnementale est presqu’impossible.

Les chatons et les jeunes adultes sont les plus susceptibles à cette maladie. Il serait donc l’idéal de vacciner TOUS les chats dans leur première année de vie et ce dès le jeune âge. Par la suite les chats allant à l’extérieur ou résidants dans un environnement avec plusieurs chats devraient continuer à recevoir une vaccination régulièrement.

Les signes de la maladie sont principalement reliés à de l’immunossuppression, c’est-à-dire que l’animal aura un système immunitaire beaucoup plus faible et sera plus souvent malade et donc susceptible de contracter différents virus (respiratoires, digestifs, autres) ou fièvre d’origine inconnue. L’animal pourra aussi mal contrôler son équilibre santé naturel et par exemple être en diarrhée plus fréquente. De plus le virus peut aussi induire des tumeurs (cancer) et de l’anémie sévère.

NE SE TRANSMET PAS À L’HUMAIN

 

Autres vaccins parfois recommandés pour des chats à risques plus particuliers :

LE FIV ou VIF (virus immunodéficient félin)

Souvent appelé le «SIDA« du chat, cette maladie a pour origine un virus de la même famille que le SIDA humain, mais se transmet entre chats seulement, ne peut donc pas infecter les humains.

Malheureusement encore une fois le Québec est bon premier dans la prévalence de ce virus chez les chats par rapport au reste du Canada. Environ 9% de nos chats en seraient porteur, ce qui représente près de 1 chat sur 10!

Chez le chat, ce virus se transmet principalement via la salive mais aussi lors d’un accouplement. Son mode de transmission le plus efficace est sans contredit, la morsure! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous détectons ce virus plus souvent chez des chats mâles adultes.

La vaccination est recommandée pour les chats à hauts risques de bagarre et les chats cohabitants avec des chats VIF positifs.

Le virus induira de l’immunodéficience chez le chat affecté et donc un système immunitaire affaibli et susceptible d’attraper n’importe quoi (similairement au SIDA chez l’humain ).

Une fois infecté par le virus, l’animal reste atteint toute sa vie mais ne sera pas nécessairement malade immédiatement.

 

La chlamydiose

Se présente principalement comme une conjonctivite à un seul œil au départ et souvent l’atteinte sera aux deux yeux par la suite avec parfois des signes légers d’éternuements et d’écoulement nasal.

Cette maladie faisant partie du complexe respiratoire félin, se présente beaucoup moins souvent que la rhinotrachéite et le calicivirus et ne fait donc pas partie en général de la vaccination de routine.

Attention, fait à savoir, cet agent infectieux peut potentiellement être zoonotique et donc provoquer une conjonctivite aux humains côtoyant un animal infecté. Attention aux personnes immunosupprimées.

 

La PIF ou péritonite infectieuse féline

Cette maladie est au départ une infection par un coronavirus dans les intestins. Ce virus par la suite mutera (se transformera) sous une forme beaucoup plus pathogène pour ensuite se multiplier en grandes quantités dans certains globules blancs, nommés les macrophages et engendrer la maladie que nous connaissons, la PIF.

Cette maladie est à la base une vasculite (inflammation des vaisseaux sanguins), ce qui provoquera dans sa forme la plus classique de l’accumulation de liquide dans l’abdomen et l’animal sera présenté avec un abdomen plus gros que la normale lorsque la maladie est assez avancée.

Le  pronostic de cette maladie est malheureusement sombre et à ce jour aucun vaccin n’est encore très efficace et les recherches se poursuivent.  Cette vaccination ne sera donc recommandée que dans de très rares cas.

 

La bordetellose

Cet agent est associé à des signes des voies respiratoires supérieures, donc toux légère à sévère et pourrait malheureusement affecter les poumons et s’avérer fatale. Encore ici la maladie sera davantage présente et plus sévère chez les jeunes chatons.

Cette bactérie est potentiellement transmissible aux humains et se transmet aussi entre chats et chiens.

Heureusement elle est très rarement présente dans les maisons avec peu de chats. La vaccination sera donc très rarement recommandée.

 

EN CONCLUSION, lorsqu’il vient le temps d’établir un protocole de vaccination, notre équipe évaluera avec vous la protection nécessaire de votre chat, selon son âge, son mode de vie, son statut de santé et aussi en fonction des autres animaux qu’il côtoie.