Clinique Vétérinaire Douville inc. 5975 boul. Laurier ouest, Saint-Hyacinthe (QC), J2S 3W1 | (450) 774-1900

Les tiques : Parce qu’il faut savoir qu’elles sont là!

POURQUOI N’EN PARLIONS-NOUS PAS AVANT AUJOURD’HUI?

Les tiques sont principalement arrivées ici grâce aux oiseaux migrateurs et normalement elles s’installaient donc au printemps, mais ne survivaient pas à nos hivers anciennement rigoureux. Maintenant, nos hivers étant de plus en plus courts et de moins en moins rigoureux, les tiques ont réussi à s’y adapter et y survivent et c’est donc ce qui fait qu’elles sont de plus en plus présentes et actives. De plus, l’accessibilité à nos régions plus sauvages au Québec et l’augmentation de certaines populations animales, comme le cerf de Virginie et le dindon sauvage contribuent  énormément à ce phénomène grandissant.

QUAND SOMMES-NOUS SUSCEPTIBLES DE LES RENCONTRER?

Dans les dernières années on les disaient actives au printemps tôt et à l’automne, car elles préféraint les temps plus frais et humides pour se reproduire, mais maintenant nous observons même de l’activité durant la saison plus chaude de notre été. Il faudra donc si vous voulez bien protéger votre fidèle compagnon débuter une bonne prévention tôt au printemps, c’est-à-dire pour le 1er avril et la poursuivre jusqu’à l’automne en novembre et même décembre, si mère Nature n’a pas encore endormie la nature pour l’hiver. Elles peuvent même être actives dès le mois de mars, dépendamment des années, car entre 4 et 7 degré celcius elles sont au travail, alors à vous de juger selon vos activités et celles de votre ami fidèle. Elles préfèrent d'ailleurs travailler lorsque c'est frais. Elles seront donc toujours plus présentes au printemps et à l'automne. Il ne faudra donc pas cesser votre vigilance et votre prévention trop tôt!

Il existe environ une centaine d’espèces de tiques en Amérique du Nord, mais seulement environ une douzaine peuvent potentiellement transmettre certaines affections aux animaux et à l’homme.

COMMENT FONCTIONNENT LES TIQUES

Les tiques se nourrissent de sang et peuvent cibler les mammifères, les oiseaux et même les reptiles. La tique a trois stades de vie, soit la larve, la nymphe et l’adulte et sa grosseur augmentera d’un stade à l’autre, variant de moins d’un millimètre jusqu’à plus de 4 à 6 mm une fois leur repas de sang bien complété ! Elles possèdent trois paires de pattes au stade larvaire, mais en auront quatre aux stades de nymphe et d’adulte, ce qui les classifie donc dans la famille des Arachnidées, plus précisément dans les acariens. Leur couleur est dans la palette des bruns plus ou moins noirs, donc de façon générale assez foncée.

QUI SONT-ELLES ET QUELLES SONT LES PRINCIPALES TIQUES RETROUVÉES DANS NOS RÉGIONS?

En 2010 les principales espèces identifiées par nos laboratoires de surveillance étaient les suivantes ( nom scientifique puis nom commun) :

Ixodes scapularis ( tique à pattes noires ou tique du chevreuil ) pour 43,3%, principale responsable de la transmission de la maladie de Lyme

Ixodes cookei (tique de la marmotte ) qui se retrouvent exceptionnellement davantage dans les terriers comptant pour 43,7%,

Dermacentor variabilis (tique américaine du chien) pour 4,6%, les adultes se nourrissant principalement chez le chien.

Rhipicephalus sanguineus (tique sanguine ) pour 4,5%. Cette espèce se nourrit le plus souvent chez les chiens et préférera s’installer dans les chenils et les maisons, car leur tolérance au froid est minime. Heureusement, elles ne sont que rarement retrouvées ici au Québec jusqu’à présent. Si vous croyez avoir ces intrus chez vous, il devient très important de nous en aviser afin que nous puissions vous donner les bonnes directives concernant ce genre d’infestation encore rarement rapportée selon nos spécialistes en parasitologie au Québec

Finalement, Amblyomma americanum (tique étoilée d’Amérique) s’attaquant à n’importe qu’elle espèce animale est en émergence au Québec,

pour n’en nommer que 5 un peu plus importantes dans notre région.

 

On évalue actuellement entre 10 et 15% de potentielles tiques porteuses pour la maladie de Lyme, c’est-à-dire qu’elles portent en elle la bactérie Borrelia burgdorferi, responsable de la maladie de Lyme. De plus il faut aussi savoir que l’anaplasmose, une autre maladie transmissible par les tiques est malheureusement en émergence aussi dans notre région ! Et que malheureusement toutes ces tiques peuvent  être ensemble porteuses de dizaines de maladies différentes que les spécialistes suivent d’année en année et nous informent afin de vous recommander et de vous transmettre les mesures à prendre pour traiter, mais encore mieux c'est de prévenir les problèmes de santé pour vos animaux et vous-même !

DE LÀ L’IMPORTANCE PRIMAIRE D’UTILISER UN PRODUIT RÉPULSIF CONTRE LES TIQUES POUR NOTRE FIDÈLE COMPAGNON AFIN DE PRÉVENIR LA TRANSMISSION DE CES MALADIES PAR LES TIQUES ET DE NE PAS CÔTOYER CES INDÉSIRABLES SUR NOTRE ANIMAL. CAR NOS ANIMAUX EUX ADORENT FOUINER DANS LA HAIE DE CÈDRES ET SOUS LES ARBUSTRES, CE QUE NOUS, HUMAINS, NE FAISONS PAS DE FAÇON ROUTINIÈRE, NOUS PROTÈGEANT AINSI DE CES INDÉSIRABLES.

LEUR MODE DE VIE ET LEUR FAÇON DE SE REPRODUIRE…

Les tiques ne sautent pas comme les puces, alors pour se retrouver sur votre animal, en général, elles attendront bien juchées à une hauteur jugée nécessaire par elle même dans les herbes ou les buissons ‘’à bras ouverts’’ et embarqueront tout simplement sur leur hôte préféré qui s’y frottent !!

Une fois embarquées, elles se promèneront un certain temps sur leur cible (animal ou humain) afin de trouver un site de choix jugé adéquat par elles qui le plus souvent sera la tête , le cou et le dos. Par la suite, elles s’installeront pour leur repas de sang en utilisant leurs pièces buccales couvertes de crochets pour mieux s’ancrer à la peau. Il faut donc retenir que cette particularité d’ancrage solide fera en sorte qu’il ne sera pas facile de retirer une tique comme l’on repousse un maringouin qui tente de se nourrir sur nous ! De plus tout comme le maringouin, souvent l’hôte choisi ne réalisera pas que la tique s’installe, car elle sécrète des substances rendant l’ancrage indolore dans sa salive.

Cet ancrage pourra prendre un à deux jours à se compléter puis le repas durera en général plusieurs jours, soit entre 3 et 14 jours. Les tiques peuvent ingérer un repas de sang 10 à 100 fois leur poids initial, ce qui les gonflera énormément et c’est à ce moment souvent que pour la première fois vous noterez leur présence, car en caressant votre animal, vous sentirez une bosse dans sa fourrure ou tout simplement vous pourrez la voir si votre animal n’a pas une fourrure dense ou très longue.

Les tiques prendront trois repas dans leur vie qui leur serviront respectivement à changer de stade de vie ou à pondre entre quelques centaines d’œufs jusqu’à 20 000 œufs par ponte selon l’espèce ! Elles choisiront des hôtes variables, passant de la souris à pattes blanches, le tamia, la musaraigne et le chevreuil et parfois nos amis les chiens et même nous !