Clinique Vétérinaire Douville inc. 5975 boul. Laurier ouest, Saint-Hyacinthe (QC), J2S 3W1 | (450) 774-1900

Les tiques : Parce qu'il vaut mieux prévenir que guérir

-Suite à une aventure qui n’a pu être évitée, dans les buissons et les hautes herbes, faites une inspection de votre animal le jour même et aussi dans les jours à suivre. Il faudra enlever dès que notée, toute tique attachée et idéalement la faire analyser. Nous offrons ce service à la Clinique.

-Chez le chien, utiliser des répulsifs afin d’empêcher l’infestation. Attention tous les produits sur le marché n'ont pas nécessairement la même efficacité et il faut savoir qu’aucun produit ne pourra être efficace à 100%, mais si votre animal passe dans un nid où attendaient environ 100 tiques et qu’il n’en garde que 2 ou 3 sur lui qui finiront par mourir en début d’attachement, c’est déjà une énorme différence !! Demandez conseil à votre vétérinaire sur les produits recommandés et sachez que très peu de produits sont disponibles chez les chats et que ceux pour les chiens ne peuvent pas être utilisés pour les chats.

 -Si votre chien a eu une tique attachée sur lui, nous vous recommanderons un dépistage sanguin nommé test 4DX qui pourra avoir lieu environ 8 semaines post exposition et pour être encore plus certain d’un dépistage adéquat pourrait être fait 12 semaines post exposition, l’idéal étant donc entre 8 et 12 semaines.

Le test 4DX est un dépistage pour les vers du cœur, mais aussi pour la maladie de Lyme, l’anaplasmose et l’Erlichiose, ces trois dernières étant potentiellement transmissibles par les tiques. Les vers du cœur eux étant transmissibles par les moustiques (maringouins).

Ce test utilisé à notre clinique depuis maintenant 6 ans, nous a permis d’observer une augmentation de la présence de ces maladies dans notre secteur, ayant un nombre grandissant de tests positifs d’année en année.

Un animal dépisté positif aura des tests subséquents à faire afin d’évaluer des paramètres sanguins et urinaires et vous en tant que maître aurez des paramètres symptomatiques à observer afin de déceler le plus tôt possible si votre animal développe la maladie ou non. Seulement 5 à 10% des chiens infestés par Borrelia, développeront vraiment la maladie de Lyme et devront à ce moment être traités. Malheureusement certains sujets pourront ne pas bien répondre au traitement.

-Une vaccination existe aussi contre la maladie de Lyme, mais aucun vaccin n’existe contre les autres maladies et ce vaccin n’empêchera en rien l’attachement et la présence des tiques sur votre animal bien entendu.

Ce vaccin pourrait donc être considéré comme un ajout à l’utilisation d’un répulsif, tout particulièrement si votre chien a un mode de vie l'exposant régulièrement aux tiques, mais ne peut être vu à lui seul comme une prévention contre les tiques car il n'empêchera pas l'attachement des tiques à votre animal, que vous devrez gérer et ne protègera pas non plus pour les autres maladies transmises par les tiques qui sont en émergence.

Mais si vous devez faire un choix entre le vaccin et le répulsif, le répulsif est le premier choix à prendre, car il agit à la base, avant l’infection et la transmission de la maladie.

Savoir que le test 4DX ne sera pas influencé par une vaccination pour la maladie de Lyme, car il détecte une protéine spécifique absente chez l’animal vacciné.

Attention, ici au Canada nos produits répulsifs approuvés les plus efficaces contrent les tiques, sont nocifs chez les chats et ne doivent donc pas être appliqués sur un chat. Il est important de consulter un professionnel de la santé animale en matière de choix préventif pour votre animal afin d’éviter toute confusion.

Il serait même utile de faire dépister votre chien chaque année, afin de savoir si votre animal aurait été exposé à votre insu et connaître les mesures et observations à prendre suite à un test positif, car même s’ils ne développent pas la maladie dans les mois qui suivent, ils pourraient en avoir des répercussions plusieurs années plus tard et mieux comprendre à ce moment l’origine de ces problèmes. Bien entendu ce dépistage sera toujours à son plus utile lorsque nous savons qu’il y a eu exposition et donc 8 à 12 semaines post exposition. De plus vous saurez que vous aussi devrez prendre des précautions pour vous-même si vous fréquentez les mêmes endroits que votre chien !

Pour ce qui est de nos chats, tout comme pour les vers du cœur, ils y sont grandement plus résistants et il serait environ impossible qu’ils développent la maladie de Lyme et pour ce qui est des vers du cœur, ils développeraient plutôt des symptômes s’apparentant à l’asthme et ne souffriront pas de maladie cardiaque comme les chiens. Pour les autres maladies, pour l’instant nous restons à l’affût des informations qui nous viennent de nos spécialistes qui n’en parlent pas pour l’instant chez les chats.

Chez l’humain il y aurait eu environ 23 cas régionaux, donc des gens infectés ici au Québec, dont la moitié provenant de la Montérégie. Ces cas auraient été compilés entre 2006 et 2010 et seulement 3 sont des cas confirmés, 11 étant probables et 9 étant possibles. Cette compilation date de 2012, alors nous devons rester à l’affût et être sensibilisés à ce phénomène émergent.